Trois promenades autour de l'eau

À travers 3 sites : la glacière des Buissières à Lurs, la vallon de l'eau salée à Fontienne et La mère des Fontaines à Forcalquier, Alpes de Lumière souhaite montrer l'importance des aménagements réalisés à différentes époques pour capter l'eau, cette ressource capitale pour l'agriculture, les hommes, et l'ensemble des activités.

 

  • LES LAVOIRS ET LA GLACIÈRE DES BUISSIÈRES (LURS)

Cette glacière, que le propriétaire laisse visiter librement, constitue un élément de notre patrimoine local. Il s’agit, avec la glacière de Manosque, des deux seuls ouvrages de stockage de glace naturelle que l’on peut visiter dans tout le département des Alpes-de Haute-Provence.   


Durée :
1 h 15 - Parking : village de Lurs

Distance : 3,5 km - Dénivelé : 160 m

  • LA MÈRE DES FONTAINES (FORCALQUIER)

L’aqueduc de la Mère des Fontaines à Forcalquier est un exemple architectural et patrimonial exceptionnel qui illustre l’importance accordée à l’eau pour conduire cette ressource aux portes de la ville et  en alimenter ses fontaines.

Cet aqueduc, bâti à la fin du XVe siècle, conduit l’eau au couvent des Cordeliers depuis une source située à plusieurs kilomètres en amont de la ville.

Durée : 4 h - Aller retour par le même chemin

Parking : place Martial Sicard

Distance : 12 km - Dénivelé : 450 m

Départ : devant l'Office de tourisme, place du Bourguet

  • LE VALLON DE L'EAU SALÉE (FONTIENNE)

Le col de Fontienne à 720 m d’altitude relie le bassin de Forcalquier au piémont de Lure.

Le ravin de la Longière, appelé vallon de l’Eau Salée par les villageois, collecte les eaux donnant naissance au ruisseau du Beuveron. Ses pentes convergent au Sud vers les sources et  s’ouvrent vers la citadelle de Forcalquier.

Cette bonne exposition à proximité du village et la présence de l’eau lui ont valu d’être aménagé et mis en culture. Le modelage du ravin avec ses aménagements de murs en pierre sèche semble dater du XIXe siècle, au moment de l’apogée démographique. Les cabanes élevées sur le site confirment une fonction agricole et livrent des éléments de construction du XIX siècle, à l’image des badigeons qui encadrent le cabanon « Sube ». Le premier toponyme renvoie à la présence de sel dans l’eau des sources alors que le second évoque des plantations en ligne. Le cadastre  mentionne également le cabanon du Rocher.

Durée : 2 h - Parking : place de l'Église

Distance : 1,5 km - Dénivelé : 60 m