Égalité des chances homme/femme aux métiers du patrimoine

Dans le cadre de la Formation "Valorisateur de site patrimonial", l'accent a été porté sur l'égalité des chances entre les hommes et les femmes dans les métiers du bâtiments et plus spécifiquement dans les métiers liés à la restauration du patrimoine.

Forte de près de 60 ans d'expérience de chantiers, notre association n'a plus à démontrer que les femmes ont un rôle prépondérant à jouer en ce domaine et qu'elles y ont toute leur place ! Leur persévérance, leur approche fine du patrimoine, leur sens de l'organisation, leur souci de protéger, d'entretenir et de pérenniser, leur motivation sont autant d'atouts qui font d'elles des personnes très compétentes.

Notre formation espérait accueillir 4 femmes sur les 8 stagiaires présents en 2010/2011. Mais force est de constater que l'accès aux métiers du ptrimoin

 

Parmi le public auquel nous nous adressons, il n'est pas rare d'avoir de jeunes mères isolées avec enfants à charge (100% des jeunes femmes concernées en 2010/2011), ce qui engendre bien souvent des problèmes de garde et d'organisation.  qui occasionnent eux-mêmes des frais qu'elles ne peuvent assumer seule.

Pour la formation suivante (2011/2012), nous essaierons une fois de plus d'atteindre 50 % d'effectif féminin.

Dans le cadre de cette formation, nous prévoyons des interventions et des ateliers de réflexion sur le rôle et la place des femmes dans notre société, mais aussi sur l'histoire des droits des femmes.Outre les actions de sensibilisation (interventions du CDIFF) que nous avons mises en place, ainsi que la vigilance quotidienne que nous exerçons au cours de la formation auprès de nos stagiaires, nous sommes arrivés à la conclusion que l'égalité des chances passera par une aide matérielle et financière à la garde des enfants. Les deux jeunes femmes que nous avions cette année, toutes deux mères isolées, ont failli à maintes reprises abandonner la formation en cours d'année. Ceci aurait été très dommageable : à l'issue de la formation, elles ont toutes les deux été employées, l'une par la mairie de Forcalquier pour l'entretien des espaces verts, l'autre chez un particulier pour remonter un mur en pierre sèche !

En 2011/2012, nous nous engageons à accueillir 10 stagiaires et espérons atteindre 50 % de femmes. Pour cela, la garde des enfants ne doit pas constituer un frein à l'engagement des jeunes femmes.

En effet, notre expérience en matière de restauration les femmes étant d'une part

Pour cela, plusieurs actions ont été mises en place : le CIDFF (Centre d'Information sur les Droites des Femmes et des familles) contexte juridique du droit des femmes.

 

l'historique de l'évolution du droit des femmes dans le travail, la famille et la société.

  projection d'un film sur le parcours de femmes dans les métiers de la restauration du patrimoine, ce qui a permis de faire un rappel sur l'égalité des chances dans ce secteur d'emploi.

L'après-midi a été animé sous forme d'atelier remue-méninges avec un arbre du genre,  pour faire émerger les idées reçues et certitudes souvent fausses concernant l'égalité.

Cette intervention a permis de provoquer une prise de conscience en particulier chez les jeunes stagiaires masculins et des débats constructifs sur le rôle de chacun au sein de la formation.

Un travail au quotidien d'égalité a ensuite été maintenu dans l'équipe sur le partage des tâches sur le chantier et pour le respect des consignes de propreté dans les locaux de l'association en particulier la  cuisine.

Cette vigilance a été plus facile sur le chantier et reste encore fragile dans la cuisine : les garçons se déchargeant régulièrement sur les 2 femmes pour faire la vaisselle ou le ménage, les femmes se pliant trop facilement à ce fonctionnement.

Il a fallu intervenir plusieurs fois pour demander aux femmes de ne pas assurer ces tâches ménagères, en particulier chaque vendredi où il était demandé aux stagiaires de laisser la salle de formation et la cuisine propres.

La plaquette de promotion de la formation faisait apparaître la photo d'une femme et d'un homme en situation de travail.

 

III - Les difficultés rencontrées

 

P  Les difficultés de déplacement et de garde d’enfant pour les femmes ont été la source principale des absences

 

P  L'objectif de 50 % de femme n'a pu être atteint (2 femmes et 6 hommes âgés de -26 ans). Certaines jeunes femmes n'ont pu s'engager sur une période de formation de 8 mois à cause de problèmes de garde d'enfants.